HERVÉ CARRIER, S.J.

PAROLE AUX JEUNES

Hervé Carrier, S.J.

Signes de santé

Près de chez-moi, à Montréal, je rencontre des jeunes pleins de vie, qui viennent jouer dans le Parc Jarry. Ils aiment les sports, le plein air, l'eau pure, les lacs et les beautés de la nature. Ils apprécient les efforts pour économiser l'eau et sauver les espèces menacées. À leurs yeux, l'écologie représente un défi très important pour l'avenir de l'humanité. Ils dénoncent la pollution de l'air, le smog, l'effet de serre, la dévastation des forêts et la coupe à blanc. Selon eux, la santé est le problème numéro un de la société. Ils ont une mentalité de service et plusieurs veulent aller dans les pays en voie de développement pour aider les pauvres. Des garçons et des filles que je connais font partie du programme de « Mer et Monde », en Afrique. Cette expérience changera leur vie. Ils pensent déjà à l'amour, c'est naturel. Moi-même, je célèbre mes 84 ans, et je me sens toujours jeune avec eux .

L'électronique

Les jeunes sont fascinés par l'électronique. Tous veulent un baladeur, ils sont fous de la musique et des chansons populaires. Les chanteuses et les chanteurs sont des vraies idoles et ils s'échangent leurs disques avec plaisir. Ils ont hâte de posséder un cellulaire, c'est un signe de promotion. Mais un appareil de photo numérique reste un achat assez dispendieux. Ils visitent les centres d'achat, car on y trouve de tout. Dans les médias, on les appelle les «  digital kids  », car ils savent utiliser l'ordinateur à merveille, ils ont le clavier au bout des doigts. Ces enfants de l'électronique passent des heures devant la télé, au téléphone, et ils naviguent avec aisance sur Internet. Même les jeunes enfants apprennent très tôt le maniement d'une console de jeux vidéo, ils reconnaissent les lettres et les mots, et ils explorent les images qui apparaissent à l'écran. Les plus grands leur montrent comment utiliser l'ordinateur et ils peuvent accéder aux merveilles de l'Internet. Ils ont à affronter une nouvelle culture, ils entrent dans le monde illimité des médias modernes. En tapant quelques mots, ils découvrent des sites, des images et des programmes sans fin. Quel défi pour leur formation intellectuelle, morale, spirituelle, religieuse. Ils doivent apprendre les choix et les attitudes de la liberté et les actes de la responsabilité personnelle et sociale. C'est une condition nouvelle de la liberté humaine et une vraie révolution des cultures.

Les parents

Les parents et les éducateurs sont mis devant une tâche tout à fait nouvelle et pratiquement imprévue, car les jeunes entrent spontanément dans le monde fascinant des médias et leurs aînés ont peine à les suivre. Souvent les parents ne savent pas comment utiliser un ordinateur et le clavier leur semble un mystère. Il est important de consulter leurs professeurs. Avec la révolution des médias, les parents doivent être en mesure de comprendre les secrets de l'Internet. C'est tout un défi, car l'Internet montre ce qui est mieux et ce qui est pire dans les médias. Des études montrent que 70% des enfants sont exposés à la pornographie. La publicité s'adresse aux jeunes de 4 – 12 ans, les filles de huit ans sont déjà la cible des agents de publicité. Plusieurs programmes et logiciels sont offerts aux parents pour contrôler les ordinateurs de leurs enfants. Voici un logiciel j'ai examiné : www.akrontech.com

Leur milieu de vie

Voyez leurs manières de se vêtir. Ils choisissent des modes voyantes, ils aiment les couleurs vives, avec un vaste choix de casquettes, de jeans, de mini-jupes, de chandails, de souliers, parfois les filles portent le voile. Les boutiques pour jeunes font des affaires d'or. Certains se teignent les cheveux en bleu, en vert, et ils portent les cheveux comme des épis plantés sur la tête. Un rapprochement s'effectue entre les générations, les plus jeunes ont plaisir à dialoguer avec leurs grands-parents. En un sens, c'est une redécouverte des divers aspects de la famille. Les familles sont éclatées et les jeunes vivent souvent une situation monoparentale. Dans leur milieu, on discute de problèmes très préoccupants; les jeunes parlent maintenant du sida, du terrorisme, du suicide des jeunes, des jeunes de la rue, du mariage entre les personnes de même sexe. Le monde change vite, la culture actuelle nous étonne tous les jours.  

École et société

À l'école « Lucien Pagé », près de ma maison, à Montréal, j'observe 4000 jeunes qui arrivent le matin. Ils sont de toutes les couleurs, races, langues, cultures et religions. Je note un groupe de sourds-muets, qui communiquent par leurs gestes et leurs signes. C'est une merveille de les voir échanger entre eux ; ils semblent toujours contents. En général, les filles réussissent mieux que les garçons. On dit que c'est une question de culture. J'en doute. Le travail assidu est la vraie réponse, cela vaut pour les garçons comme pour les filles. Ils doivent choisir avec intelligence les sports, les livres et les études. La police surveille de près les jeunes qui veulent « passer » de la drogue. Des violences éclatent dans le bus et le métro, les gangs cherchent à faire la loi, mais ils finissent par se faire « pincer ». Certains jeunes peuvent être très cruels, ils ne reculent pas devant le « taxage », le vol, mais la police les a à l'œil. Plusieurs jeunes pensent que leur avenir est bloqué, le chômage les guette et parfois, ils vivent dans une situation de détresse. On a l'impression qu'ils nous envoient un appel au secours, ils doivent compter sur la société pour les soutenir et les lancer dans la vie.

Leur idée de Dieu?

Rarement, ils parlent de la religion et de l'Église. Le mot prière ne leur vient pas à l'esprit, mais ils disent : « j'ai une idée». Ils ont un grand secret au fond du cœur. Pour eux, la question centrale est de comprendre « le sens » de la vie. Pourquoi la vie? Ils y pensent tous les jours. Ils ont une soif de bonheur, ils ont besoin d'une paix de l'esprit, ils aspirent à la paix dans le monde. Les confidences des amis peuvent les guider dans leur recherche du bonheur. Ils ont un cœur généreux, et ils sont prêts à aider les démunis, les malades, les personnes âgées, les handicapées. Les événements, les souffrances et les épreuves les forment, et quand ils se sentent tristes et malheureux, ils peuvent lever les yeux vers Dieu. S'ils sont attentifs, le visage de Dieu peut les éclairer dans leur recherche du bonheur. Les jeunes qui ont la foi, sont heureux d'annoncer la Parole de Dieu aux amis, pour leur apporter la paix et la joie.

Hervé Carrier, S.J.